Engagement #19

Faire de la Bourgogne-Franche-Comté une région à énergie positive

Il n’y aura pas de transition  énergétique réussie sans protection de la biodiversité et sans mobilisation des territoires. »

Efficacité énergétique du bâtiment

La politique ambitieuse de la grande région date d’une dizaine d’années. Elle vise des objectifs identiques inscrits dans les deux schémas régionaux climat air énergie (SRCAE) avec des outils et des dispositifs conçus différemment dans les deux anciennes régions.

En Bourgogne, dès 2006, plusieurs appels à projets bâtiments basse consommation (BBC) exemplaires ont été lancés. La mise en oeuvre d’un plan bâtiment de demain en 2012 a suivi avec des démarches exemplaires autour des solutions techniques de référence et la création d’un centre de ressources Bourgogne Bâtiment Durable (BBD). Enfin, la massification de la rénovation s’appuie sur les territoires à travers la mise en oeuvre de plateformes de rénovation énergétique en lien avec l’ADEME.

En Franche-Comté, la région fonde sa politique énergie prioritairement sur l’efficacité énergétique des bâtiments en partenariat avec l’ADEME. En 2006, elle préside le collectif Effinergie national qui oeuvre pour la définition du référentiel BBC Effinergie® rénovation.

Le programme Effilogis est lancé en 2009 et fonctionne toujours sous forme d’appels à projet annuels à destination des bailleurs sociaux, des collectivités et pour la construction de bâtiments à énergie positive (BEPOS).

Les particuliers sont accompagnés pour leurs travaux (BBC global ou BBC par étapes) à partir des préconisations de l’audit Effilogis. Le pôle énergie Franche-Comté est créé pour les professionnels. Il est hébergé par la Maison des énergies. En 2013, il signe un plan bâtiment durable en partenariat avec l’Etat.

Les réseaux d’animation des espaces infos énergie constituent le relais incontournable de la politique efficacité énergétique de la grande région.

Energies renouvelables (ENR)

Les deux schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) ont fixé des objectifs ambitieux à la grande région en matière d’énergies renouvelables en 2020 (un mix énergétique diversifié avec 4075 GWh). Ils ne pourront être atteints que si l’accélération et la massification sont au rendez-vous. C’est sur ce volet crucial de la transition que les approches entre les deux anciennes régions diffèrent le plus et qu’il convient de généraliser les accompagnements en parfaite coordination avec l’ADEME et avec l’appui des crédits européens. En Bourgogne, la politique avait une portée opérationnelle (réseau d’ingénierie territoriale et dispositifs d’aide aux investissements avec un volume de crédits régionaux significatifs). En Franche-Comté, la politique ciblait l’animation.

Les démarches territoriales de transition énergétique (TEPos)

La grande région a initié à titre d’expérimentation, en lien avec l’ADEME, des démarches territoriales pilotes de territoire à énergie positive (TEPos) : d’abord en Bourgogne avec 11 territoires et plus récemment en Franche-Comté avec sept territoires. La région Bourgogne a également priorisé la transition énergétique dans plusieurs contrats territoriaux. La région Franche-Comté a, quant à elle, exigé des pays la mise en place de plans climat-énergie territoriaux (PCET) lors de la négociation des contrats territoriaux.

Les schémas stratégiques élaborés conjointement avec l’Etat (deux SRCAE, deux SRCE, deux S3RENR) sont toujours en vigueur. D’importantes évolutions législatives sont intervenues pour amplifier et conforter le rôle et la responsabilité de la collectivité régionale.

La région devient le chef de file de l’énergie (loi MAPTAM du 27/01/2014). Elle dispose d’un pouvoir d’invitation et de coordination pour une stratégie partagée. La loi NOTRe lui a confié la responsabilité de la planification énergétique territoriale à travers le SRCAE intégré au SRADDET. La loi Tepcv du 17/08/2015 lui confie l’élaboration du schéma régional biomasse en coordination avec l’Etat d’ici février 2017, et lui attribue la compétence de l’élaboration du programme régional d’efficacité énergétique pour le logement et le tertiaire (art.188).

La transition étant transversale, deux rendez-vous ont structuré la concertation.

S’agissant de l’éolien, la présidente du conseil régional s’est rendue, dès le début de mandat, sur le site de l’usine de production de mâts éoliens Francéole, à Longvic, en présence de plus de 100 acteurs du secteur.

L’occasion de dresser le bilan de la filière éolienne dans la région, d’annoncer la création d’une soixantaine d’emplois et d’assurer du soutien indéfectible de la région à cette filière, mature, compétitive, porteuse d’activités, de sens et d’avenir. Le cluster éolien W4F, premier pôle éolien de France, rayonne, en effet, sur toute la région avec près de 85 membres. Il porte actuellement 1200 emplois. Les membres de la filière ont évoqué les problèmes de cette dernière et ont abordé des questions appelant un accompagnement de la région.

L’atelier régional consacré à la transition énergétique, a rassemblé plus de 120 acteurs autour de trois tables rondes :

  • éducation, sensibilisation, observation, animation, mobilisation et valorisation ;
  • dimension économique et emplois de la transition ;
  • ingénierie financière et sociétale de la transition.

Les participants, conscients que notre système a atteint ses limites, ont appelé unanimement à un changement de cap et à accélérer la transition, perçue comme une grande chance. En matière d’énergie, les acteurs ont insisté sur l’importance de démocratiser, de décentraliser et d’investir autrement. En 2015, 90 % de l’investissement énergétique s’est fait dans les énergies renouvelables : la transition est déjà là. D’un point de vue énergétique, celle-ci a été qualifiée de chantier majeur porteur d’emplois, de vitalité, de proximité et d’espoirs.

Pour la réussir, la formation initiale et continue doit être au rendez-vous. Beaucoup d’acteurs de terrain ont insisté sur l’intérêt du financement participatif, aux côtés des fonds publics et privés. Le rôle moteur et exemplaire de la région en matière de transition a été souligné.

La transition énergétique est l’une des principales priorités du mandat. Devenir à terme territoire à énergie positive (TEPos), c’est-à-dire un territoire qui produit plus d’énergie qu’il en consomme et qui réduit ses consommations, cela se prépare, s’invente, s’anticipe, s’expérimente. Cela suppose une stratégie globale, puissante, transversale, pluriannuelle, avec des moyens financiers et humains dédiés et appropriés.

Mettre en place un service public de l’efficacité énergétique pour massifier la rénovation énergétique complète et performante du parc résidentiel public et privé (label BBC)

Un service public de l’efficacité énergétique, ayant vocation à réduire la facture énergétique des ménages, sera mis en place d’ici 2018. Accessible à tous, ciblé sur la rénovation BBC de l’habitat privé, il comprendra un dispositif d’ingénierie technique, professionnelle, territoriale et financière avec des partenariats bancaires et des aides financières destinées aux publics prioritaires.

Accélérer le déploiement des énergies renouvelables sur l’ensemble du territoire

La région se dotera en 2017 d’un ou plusieurs outils à sa main (type SEM ou fonds) à même de favoriser le financement public, coopératif et participatif des énergies renouvelables. L’animation, la médiation et la communication seront des facteurs clés de cette accélération des énergies renouvelables, en particulier électriques.

Assumer le rôle de la région en tant que démonstrateur

L’exemplarité de la collectivité réside dans la performance des bâtiments et des transports dont elle est propriétaire. Elle tient aussi de sa capacité à devenir producteur d’énergie renouvelable, à travers un vaste plan de déploiement de panneaux solaires sur les toits des lycées et l’installation de stations hydrogènes expérimentales dans certains lycées professionnels. Sans oublier son organisation administrative, qui doit être appropriée à la dimension transversale de la transition et à l’émergence de nouveaux métiers (médiateurs/facilitateurs).

Mobiliser les territoires et les citoyens autour du défi énergétique

La transition énergétique et écologique est une question de bon sens. C’est une chance et un gisement d’activités et d’emplois potentiels, et non une tâche coercitive. La région étendra non seulement le réseau des territoires TEPos, mais elle s’appuiera également sur la communauté des pionniers (POTEs) pour démultiplier son action sur l’éolien. En outre, elle constituera à ses côtés le réseau des maires ambassadeurs médiateurs. Il s’agit de faire des citoyens et des territoires engagés, les acteurs clés et les ambassadeurs de la transition.

La structuration par la région d’une filière de l’hydrogène

La région mobilise l’ensemble des acteurs de la filière : entreprises, universités, laboratoires de recherche, et collectivités expérimentatrices pour modéliser la structuration d’une filière complète de l’hydrogène. Celle-ci ira de la production à la consommation en passant par le stockage. En alliant les savoir-faire bourguignons en matière d’éolien et ceux du Nord Franche-Comté en matière d’hydrogène, la région fait la démonstration de la complémentarité des ressources du territoire. De vraies opportunités au cœur du marché mondial de l’énergie renouvelable. Cette démarche a fait l’objet d’une labellisation nationale, qui lui permettra de bénéficier du soutien de l’Etat.

Ressources utiles

355 contributions

Danielle Edwards

comment justifier l'éolien alors qu'il n'est pas rentable, pollue, et défigure les paysages? 'l'éolien est sale.

Edwards Danielle

Les éoliennes défigurent le paysage et font fuir les touristes, sont néfastes à la santé et ne sont ni écolo ni rentables. Certains s'en mettent plein les poches, c'est une escroquerie de première. Quand cette maladie sera-t-elle éradiquée?

Une maman soucieuse de l'avenir de ses enfants.

Bonjour,
Permettre une meilleure isolation des bâtiments, communiquer sur l'usage réfléchi de nos énergies (chauffage raisonnable des logements par exemple) sont pour moi des axes prioritaires concernant l'énergie. Ce sont nos modes de vie et de raisonnement qui doivent évoluer.
Le développement des énergies renouvelables pourquoi pas mais pas m'importe comment. Arrêtons de subventionner des énergies renouvelables qui coûtent cher aux contribuables (impact sur la santé, l'environnement, les finances...) et ne satisfont pas nos besoins (faible rentabilité, coût sur l'ensemble du cycle de vie, ...). Le gros point noir de ces énergies renouvelables est l'industrie éolienne qui combine l'ensemble des désagréments sans satisfaire nos besoins. ARRÊTONS DE SUBVENTIONNER L’ÉOLIEN.
Quelque soit le domaine approché, l'important reste le vivant, l'humain qu'il faut protéger. Le principe de précaution devrait être mis en œuvre et réfléchi avant de lancer la construction massive de parcs éoliens sur l'ensemble du territoire.
Vous qui avez été élu pour nous représenter, pensez aux générations futures, qu'allez vous leurs laisser ? Qu'allez vous nous laissez ? Quelle vie nous préparez vous ?
« Quand le dernier arbre aura été abattu, quand la dernière rivière aura été empoisonnée, quand le dernier poisson aura été péché alors on saura que l'argent ne se mange pas » citation attribuée à Géronimo.

bruno barloy

Pourquoi ne pas tenir compte des résultats de l'éolien en Allemagne, pense-t-on qu'en France, ce sera autrement ? Alors que la France est championne en peu d'émission de CO2, ce n'est pas le cas de l'Allemagne qui en a jamais autant émis depuis qu'elle a ses éoliennes sur son territoire. Ne nous voilons pas les yeux et regardons la réalité en face, ne soyons pas stupides, on a la chance d'avoir l'expérience d'autres en la matière et surtout les conséquences de l'éolien, n'allons pas droit dans le mur.

bruno barloy

Les études actuelles et officielles s'étonnent de la disparition de plus en plus d'oiseaux et d'un autre côté, des éoliennes de plus en plus hautes sont implantées partout même en plein couloirs de migration ou en forêt, ça sert à quoi de faire ces études et de se lamenter alors que les parcs éoliens contribuent à cet état de fait ?

Téron

C'est à l'État, voire à la Région de définir les lieux d'implantation d'une industrie éolienne si tel en était le besoin et pas aux promoteurs et autres lobbyistes dont les intérêts financiers n'ont que de lointains rapports avec le besoin local de participer à la transition énergétique.
Les commentaires individuels faisant la promotion de ce type de générateurs très impactants au niveau du territoire ne peuvent être qu'une réponse à l'intérêt privé, dont les multiples condamnations en font la démonstration.
La santé des personnes est un problème majeur que posent ces parcs industriels
L'impact sur l'économie locale, le patrimoine bâti, le tourisme, est inéluctable
Si l'éolien privé peut être une source d'énergie répondant par exemple au besoin d'une propriété éloignée des réseaux publics de distribution, sa production intempestive et aléatoire oblige à l'accompagner d'une source de production efficiente traditionnelle et d'investissements dont l'impact environnemental reste problématique.

Jesuisécolo Maispasbête

On nous ment avec ces éoliennes et c'est pitoyable...
On ne fait que bénir un peu plus les investissements de capitaux étrangers pour une énergie (s'il y en a!) qui n'est même pas pour nous.
On détruit nos forêts exceptionnelles, notre cadre de vie, notre quotidien.
C'est tellement malheureux de croire que c'est la bonne solution énergétique.
Si je veux installer une climatisation dans ma maison, je ne fais pas entrer un papillon en croyant que son battement d'ailes est déjà une première solution!
Combien faudra-t-il de papillons dans ma maison pour me climatiser!
L'éolienne pour la région, le pays, c'est comme les papillons dans ma maison: l'effet est nul!
Pourtant, j'adore les papillons, mais ce n'est pas la solution!
Il faut penser l'économie d'énergie autrement!!
il faut que les français se réveillent face à cette arnaque totale d'investisseurs et de commerciaux sans scrupules!

Véro

L’appât du gain ne justifie pas le massacre de la région. La Bourgogne Franche-Comté est l'une des moins ventée de France donc non propice à l’éolien. 7000 machines en France. Pour combien de riverains malades et spoliés ? Pour quel respect écologique de la faune, de la flore ? Des nuisances permanentes pour tout ce qui vit dans le périmètre des éoliennes. Impact irréversible sur notre environnement. L’éolien n’est pas une énergie gratuite (CSPE). La hauteur des éoliennes devient insupportable, inacceptable. La baisse des subventions et des dotations de l’état n’est pas une excuse pour qu’il y ait saccage du cadre de vie. Le lobby éolien est un ogre dévoreur de subventions et de territoires, envahisseurs de nos campagnes ! Dans 20 ans : ventilateurs HS et coûts de démantèlement sont énormes. L'argument "éolienne" n'est que vaste fumisterie qui ne sert qu'à remplir les poches de certains qui se FOUTENT pas mal de l'écologie ! La richesse naturelle et culturelle de la Bourgogne-Franche-Comté est l'un de ces principaux atouts, et ne doit pas être sacrifiée à la spéculation éolienne aveugle qui augmente chaque jour. Résistez aux « chants des Sirènes » en décryptant les discours publicitaires enjôleurs : les promoteurs surjouent leur dévouement au sauvetage de la planète en reprenant les discours les plus alarmistes sur le réchauffement climatique. NON à la saturation de nos paysages.

LAVRY

Aujourd'hui, le développement des énergies renouvelables est effectué sans concertation préalable des populations, ce qui est regrettable. Les seuls lieux ou la population peut s'exprimer sont les enquêtes publiques mais leur partialité n'est pas acceptable.
Evidemment, je suis favorable au développement des énergies renouvelables mais pas pour des raisons dogmatiques ou politiques comme notre présidente de région. Le développement anarchique, non maitrisé et trop rapide des énergies renouvelables dont l'éolien, conduira inexorablement à des catastrophes alors qu'il conviendrait de s'appuyer sur les populations locales pour rendre acceptables les projets développés.
De plus, à coups de grands slogans, on nous dit que tout est fait pour préserver la biodiversité alors que dans le même temps, un projet Eolien, JURA NORD LA COMTOISE a été accordé, dans le périmètre de protection des mines d'Ougney qui abritent une des plus grande colonie de minioptères de Schreiber, espèce protégée internationalement. Cette autorisation unique a été donnée par le préfet alors même que la commission environnement a donné un avis très défavorable ..... donc si on veut que les habitants de la région croient en un objectif ambitieux, il faudrait déjà commencer par appliquer des règles saines aux projets en cours !

annie

Que ce soit un petit groupes d'élus qui décident dans leur coin de l'installation de dizaines de machines de 150 m, voire plus, de haut, sans se soucier ni de l'impact sur le paysage, ni sur la santé et sur ce que sera désormais la vie de centaines de personnes alentour, est un infâme coup bas !
Certains de ces élus ne cherchent même pas les informations qu'on se garde bien de leur donner et se retrouvent, souvent, piégés dans des prises illégales d'intérêts.
L'énergie éolienne que l'on nous concocte à marche forcée est une imposture ! On saccage le territoire rural et même les forêts. Fini la tranquillité et le silence dans nos campagnes, pour une énergie aléatoire puisque intermittente.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×