Engagement #20

Protéger la biodiversité et devenir une région zéro déchet

Les deux anciennes régions, en partenariat avec l’Etat, se sont fortement mobilisées en faveur de la biodiversité depuis plus de dix ans avec un même objectif de préservation de la biodiversité :

  • grâce à des cadres communs d’intervention, dont le schéma régional de cohérence écologique (SRCE) ;
  • et des dispositifs d’intervention communs (soutien aux associations, acquisition de connaissances, diffusion des informations, restauration des sites naturels, protection d’espèces) et d’autres spécifiques (en Bourgogne : stratégie régionale pour la biodiversité, appels à projets vergers de sauvegarde ; en Franche-Comté : fonds régional pour la biodiversité, soutien à la maison de l’environnement, etc.).

A ce jour, il existe seize réserves naturelles régionales couvrant environ 5 000 hectares et protégeant des milieux très divers (forêts, pelouses sèches, vallées alluviales, grottes, tourbières). Les réservoirs de biodiversité couvrent plus d’un tiers de la surface régionale.

En matière de gestion de l’eau, les actions menées s’effectuent au travers de démarches concertées de gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques (contrats de bassin).

Elles s’articulent avec les programmes des trois agences de l’eau présentes sur le territoire régional. La volonté affichée est de préserver et de restaurer les milieux humides et la trame bleue. En Franche-Comté, la prédominance d’un système karstique et les graves problèmes de pollution de la Loue ont conduit la présidente à proposer la création d’un « pôle Karst », dont l’animation a été confiée à l’établissement public territorial de bassin (EPTB). L’objectif est double : résoudre les problèmes rencontrés et diffuser les connaissances et les expériences acquises.

En matière d’éducation à l’environnement et au développement durable, les dispositifs, différents dans les deux anciennes régions, concourent cependant aux mêmes objectifs : prise de conscience et changement des comportements. En Bourgogne, ils prennent la forme d’accompagnements des « classes environnement » (soutien financier pour alléger la participation des familles), de soutien aux programmes annuels d’actions d’Alterre et aux trois muséums d’histoire naturelle (Auxerre, Autun et Dijon). En Franche-Comté, il s’agit principalement d’un soutien au plateau éducation à l’environnement et au développement durable de la Maison de l’environnement,qui fédère le milieu associatif et coordonne les actions.

La loi MAPTAM a fait de la région le chef de file de la biodiversité et la loi NOTRe lui a la responsabilité d’établir un plan régional de prévention et de gestion des déchets comprenant des objectifs de prévention, de recyclage et de valorisation.

Lors des différentes concertations menées sur la biodiversité, les acteurs ont insisté sur le lien entre la stabilité des écosystèmes et l’accélération de la transition. Cela suppose de donner toute son importance à la collecte des données, à l’accompagnement des animateurs, à la mise en réseau des acteurs, à la valorisation des expériences concrètes et exemplaires et à la réappropriation de la nature. Sans oublier de donner une place centrale à l’éducation.

La valorisation des déchets et l’enjeu de structuration des circuits courts ont été mis en avant pour agir. Le conseil, l’accompagnement et l’information ont été pointés comme essentiels.

La biodiversité nous permet de manger, boire, respirer. Véritable source d’inspiration, elle est à la base de nos activités économiques, nous rend d’innombrables services, fait la beauté et le caractère de nos paysages, de nos territoires. C’est pourquoi la région mènera une politique volontariste de protection de la biodiversité et de mobilisation de l’ensemble des acteurs du secteur.

Protéger, valoriser et faire prendre conscience que la biodiversité, tissu vivant de nos territoires, est un formidable atout. Cela passe par la structuration d’une stratégie régionale, d’un observatoire de la biodiversité et d’une agence régionale de la biodiversité, comme le permet la loi. Il s’agit également de soutenir les structures naturalistes, d’encourager une politique active d’éducation de la jeunesse, de fédérer et de valoriser le réseau des réserves naturelles régionales et d’étendre l’appel à projet « vergers de sauvegarde ».

Mobiliser la planification de la gestion des déchets au service de l’économie circulaire et de l’objectif zéro déchet

La nouvelle compétence de planification transférée aux régions constitue une véritable opportunité de développer des initiatives autour du réemploi et du recyclage. Il s’agit d’inscrire ce plan régional de prévention et de gestion des déchets, prévu pour 2018, dans une perspective zéro déchet à moyen terme.

Agir en faveur de la qualité de l’air, de l’eau et de la santé environnementale

Nos outils et schémas (SRCAE intégrés au futur SRADDET) fixent des objectifs ambitieux de lutte contre la pollution et de préservation de l’environnement. Ils prennent en compte des enjeux de qualité de l’air et de l’eau, déterminants dans la promotion de la santé environnementale.

Les vergers de sauvegarde

Depuis 2005, la Bourgogne a lancé un appel à projets en faveur de la préservation de la diversité biologique et génétique des variétés fruitières locales. 26 600 arbres fruitiers, 10 000 arbustes à petits fruits et 45 km de haies mellifères ont été plantés. 417 ruches, 442 petits aménagements en faveur de la petite faune auxiliaire des vergers ont été installés. Devant le succès rencontré et l’utilité reconnue, cet appel à projets est amplifié et étendu à la Franche-Comté.

Ressources utiles

Apportez vos idées, vos propositions pour la mise en œuvre de cet engagement.

21 contributions

mouy

Bonjour Mme Colas.
J'habite Coulanges la Vineuse. Depuis le premier janvier 2017, nous avons intégré la Communauté d'Aglomération de l'Auxerrois. Coulanges faisait auparavant parti de la Comunauté de Commune du Pays Coulangeois (CCPC). La CCPC fait partie des 50 collectivités pionnières pour la mise en place d'une Redevance Incitative (RI) pour les déchets ménagers. A la fin 2017 cela fera 10 ans que ce système existe et fait ses preuves : en 2016, un habitant de la CCPC a produit 98 kg d'ordures ménagères résiduelles. Sur la CAA c'est 239 kg.
Nous craignons la disparition de cette redevance au profit de la Taxe en vigueur sur l'auxerrois. Nous avons donc besoin de votre soutien et de celui de la région pour inviter les élus auxerrois à choisir le système le plus efficient.
Pour cela, nous souhaitons vous rencontrer et je vous remercie de prendre contact avec notre collectif : collectifredevance89@laposte.net.
Cordialement.

Fauvé Sylvain

Les 400 m3 de béton à la base des éoliennes, les coupes blanches dans les forêts pour réaliser les chemins d'accès, les oiseaux tués par les pâles ne participent absolument pas à la préservation de notre patrimoine rural!

Simon

Merci pour les actions que vous menez pour la protection de la nature.
Cependant qu'est devenu le projet de Trame Verte ? Aux oubliettes ?
La Région devrait s'atteler à mettre en oeuvre cet engagement du Grenelle de l'Environnement.

Wouters Hans

Protéger la biodiversité c'est primordial. L'industrialisation par des parcs éoliennes gigantesques ou des champs de panneaux solaires ne rentrent pas du tout dans cet objectif.

Danielle

- La ressource bois énergie, donc la gestion de nos forêts, pourrait être quantifiée par un suivi dans le temps, non seulement par un bilan carbone régulier mais aussi par les émissions NOx, SOx et particules. Favoriser le chauffage domestique au bois dans les habitations individuelles sans dispositif de traitement des fumées (très cher pour une telle application) n'est-il pas plus polluant qu'un chauffage au gaz ou fuel ?

- La ressource en eau dont dispose la Région, y compris avec les projections de changement climatique, est-elle adaptée à la création de la filière hydrogène sans entrer en compétition avec son usage actuel ? Le développement de la filière hydrogène sera-t-il contraint à une position de niche ?

Photo du profil de l'administrateur Région Bourgogne-Franche-Comté

Bonjour, merci pour votre commentaire

herve

Zéro déchet ? Tiens donc, mais non.
Gestion des déchets, oui.
Stop au langage hypocrite et, aussi, "trop" politique.
Ne simplifions pas par des slogans trompeurs.

Francois Falconnet

Ne détruisons pas nos belles forêts de feuillus pour de la monoculture(douglas), avec une exploitation totalement destructrice (arrachage à blanc)
Stop aux coupes à blanc, gérons vraiment nos forêts

Annick de Thy

Imaginez ce beau paysage agrémenté de 20 mats de 180m de haut !

Baptiste Morvillez

Ma propriété est entourée de champs agricoles à perte de vue, c'est un oasis de biodiversité: insectes (dont abeilles), oiseaux, rongeurs, petits mammifères, n'ont pas d'autres endroits où aller, à part des petits bois épars disséminés dans les champs alentours.

Il faut frapper fort et donner la possibilité aux communes ou aux particuliers riverains d'exproprier des parcelles agricoles non bio afin d'y créer des forêts, des étangs, des champs de fleurs, etc.
D'une part cela créera de la biodiversité, d'autre part cela incitera les agriculteurs à passer au bio pour ne pas risquer l'expropriation.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×