Logement : une vulnérabilité énergétique élevée

Le bâti souvent ancien (nombre de logements construits avant la première réglementation thermique de 1975), combiné à un climat plus rigoureux, notamment dans les zones de montagne, expliquent la plus grande exposition régionale au risque de vulnérabilité énergétique des ménages.

Ainsi, 34 % des ménages sont exposés à la vulnérabilité énergétique, consacrant plus de 8 % de leur revenu à chauffer leur logement. En moyenne, la facture annuelle d’un ménage s’élève à 1 560 € dans la région, contre 1 250 € en moyenne en France. Ce poste budgétaire pèse particulièrement pour les ménages aux revenus modestes résidant dans les espaces peu denses, où les caractéristiques du parc de logements cumulent les facteurs de risque. C’est particulièrement le cas dans le Morvan et le Haut­-Nivernais, le nord et l’ouest de la Haute-Saône, le Jura et la Puisaye dans l’Yonne.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×